Participer au site : news photo video
avatar Se connecter

Comité Départemental des Yvelines de Badminton

L'histoire du badminton

Pour toute l'association

L'histoire du badminton

L’histoire du Badminton

Badminton HouseLe mot « Badminton » tient son nom d’une ville anglaise du comté de Gloucestershire où il aurait vu le jour.
En effet, l’histoire veut qu’en 1873 lors d’une soirée donnée par le duc de Beaufort dans son domaine de Badminton House en l’honneur d’officiers anglais de retour des Indes, le champagne favorisant les souvenirs communs, ils en vinrent à évoquer le jeu indien du « Poona » (tenant lui aussi son nom d’un village en Inde) qui se pratiquait avec une raquette et une balle légère. Pour faire passer ce repas par trop arrosé, ils se mirent en tête d’y jouer. Mais n’ayant pas de balle sous la main, ils eurent l’idée d’utiliser un bouchon de champagne dans lequel ils fixèrent quelques plumes… L’histoire raconte également que, surpris par l’orage, le duc fut contraint de continuer la partie de volant dans la salle d’honneur du château. Une fois dégrisés, amusés et séduits par leur trouvaille, ils firent connaître ce jeu sous le nom de la ville où il est né: Badminton.
De cette légende, on pourra retenir une pratique inspirée d’un jeu indien, un volant doté de plumes d’oiseaux naturelles, une « appellation d’origine » et un sport qui se pratique exclusivement à l’intérieur.
Quatre ans après cette mémorable beuverie, ils édictèrent les premières règles de cette nouvelle discipline qui allait très vite conquérir le nord de l’Europe et tout le sud-est asiatique. Ainsi comme pour le tennis et bien d’autre sports, ces personnages vont s’approprier la paternité d’un jeu qu’ils n’ont en définitive pas inventé.

Battledore and ShuttlecockEn effet, il y a déjà plus de 2000 ans les Chinois, et surtout les Chinoises, jouaient déjà au « jeu du volant » (« Ti Jian Zi »). On a pu également retrouvé des traces de jeux semblables au Japon(« Hanetsuki »), en Inde (« Poona »), au Brésil (« Petecada ») ainsi que chez les Aztèques et les Incas.
En Europe, le « Battledore and Shuttlecock », l’un des ancêtres du badminton, était pratiqué en Angleterre depuis le Moyen Âge; l’objet du jeu étant de maintenir en l’air un shuttlecock (volant) à l’aide d’un battledore (battoir). Au 17ème siècle, la reine Christine de Suède, particulièrement passionnée par ce jeu, se fit bâtir un court et prit pour partenaires les grands de sa cour. Elle provoqua d’ailleurs un scandale en prenant pour partenaire le savant Samuel Bochart qui dut quitter manteau et perruque pour pousser le volant.

 En France, le jeu de paume, considéré sous François Ier (16ème siècle) comme « le roi des jeux et le jeu du roi », évolue vers le « jeu du volant » que l’on pratique sans rebond, à la volée, dans l’espoir « d’épater la galerie » où se trouve le public. On retrouve d’ailleurs traces de ce jeu dans des gravures ou tableaux datant de la fin du 17ème siècle comme par exemple le tableau de Jean Siméon Chardin La fillette au volant(ci-contre) datant de 1741. On peut également voir un tableau de Louis XIV enfant avec raquette et volant en mains.
Jeu de cours pendant des années, il devint peu à peu très populaire, avec un nom différent selon les provinces: « Grièche » en Anjou car garni des plumes de la Pie-grièche, « Picandeau » dans le Lyonnais parce que les plumes étaient alternées noires et blanches, le plus souvent « Coquantin » car le volant était garni de plumes de coq.

Au début du 20ème siècle, grâce aux communautés britanniques en villégiature ou installées en France, le « jeu de volant » prend un nouvel essor sous l’appellation Badminton avec les règles édifiées en Angleterre quelques années auparavant. Plusieurs clubs voient le jour (Dieppe, Dinard, Paramé…) et en 1934 la Fédération Française de Badminton voit le jour.
Malheureusement en 1940 elle est dissoute et placée sous la tutelle de la Fédération Française de Tennis sous le régime de Vichy. Il faudra attendre la fin des années 70 pour qu’une poignée de passionnés (environ 2000) permette au Badminton de retrouver son indépendance et refonde en janvier 1979 laFédération Française de Badminton (FFBa) telle que nous la connaissions encore il y a peu. Et depuis sa recréation, le nombre de licenciés n’a cessé d’augmenter de façon continue, l’augmentation allant même jusqu’à plus de 600% sur 10 ans. En 2001, on comptait environ 600 clubs pour plus de 79 000 licenciés. En 2011, on franchissait les caps des 1700 clubs et des 150 000 licenciés.

Côté international, depuis 1934, date de la création de l’International Badminton Federation (IBF) par 9 pays dont la France, rebaptisée depuis 2006 et la réforme du système de scoring Badminton World Federation (BWF), plus de 150 pays se sont affiliés à cette fédération, sur les 5 continents. Ce qui chiffre à plus de 100 millions le nombre de pratiquants sur la planète. 
Fort de cet essor, le Comité Olympique a donc décidé d’inscrire cette discipline aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, à la suite d’une démonstration à Séoul, quatre années auparavant. Il est d’ailleurs à noter que le badminton est la seule discipline mixte présentée aux Jeux Olympiques.
Actuellement, les meilleurs joueurs mondiaux sont originaires de Chine, d’Indonésie, de Corée ou de Malaisie. En Europe, seuls deux pays arrivent à rivaliser avec les asiatiques: le Danemark et l’Angleterre. C’est effectivement en Asie que se concentrent de manière quasi exclusive les « mordus » du volant. Le badminton y déchaîne les passions, avec des joueurs charismatiques comme Lin Dan (Chine) (en photo ci-contre lors de la Thomas Cup 2010 en Malaisie), ou Taufik Hidayat (Indonésie).

 

Et pour finir, le Badminton en quelques dates…

1893: Création en Angleterre de la 1ère fédération de Badminton: la Badminton Association qui comptait alors 14 clubs.

Ethel Thompson au All England1899: Premier tournoi international: le All England Championships à Londres. Aujourd’hui encore celui-ci reste un tournoi des plus prestigieux du circuit où les meilleurs joueurs mondiaux viennent s’affronter chaque année (en photo ci-contre, Ethel Thompson, finaliste du Double Dames lors du All England de 1899).

1907: Création du premier club français en Normandie, le Dieppe Badminton Club. S’en suivra l’année suivante, l’organisation des premiersInternationaux de France, première compétition jouée en dehors du sol britannique, qui se poursuivront jusqu’au premier conflit mondial (voir l’article de Badzine).

1934: Création de l’International Badminton Federation (IBF) par 9 pays dont le France. Elle a, depuis 2006 et la réforme du système de scoring, été rebaptisée Badminton World Federation (BWF).

1972: Première démonstration de Badminton aux Jeux Olympiques de Munich.

1979: Refondation de la Fédération Française de Badminton (FFBa) qui compte alors 2400 licenciés, 5 ligues et 50 clubs.

1987: Premier Open de France de Badminton organisé par la FFBa. Cet open aura lieu chaque année jusqu’en 2004 avant d’être remplacé par les Internationaux de France de Badminton depuis 2007, étape du circuit des Superseries.

1992: Après avoir été une nouvelle fois en démonstration en 1988 aux Jeux Olympiques de Séoul, le Badminton fait son entrée aux Jeux Olympiques à Barcelone avec 4 disciplines: les simples homme et dame et les doubles hommes et dames. Le double mixte, seule discipline olympique où hommes et femmes concourent ensemble pour un même titre, ne fera son entrée qu’aux Jeux d’Atlanta de 1996.

2009: Le Malaisien Tan Boon Heong établie un nouveau record du monde du smash le plus rapide avec unsmash à 421 km/h en sortie de raquette.

2010: Paris reçoit les Yonex Championnats du Monde BWF qui ont lieu du 23 au 29 août au stade Pierre de Coubertin.

2011: La FFBa franchit la barre des 150 000 licenciés et des 1700 clubs.
Afin de poursuivre son développement et de faire fructifier cette nouvelle dynamique, la FFBa a décidé de devenir la FFBaD et de se doter d’une véritable image de marque, statutaire, enthousiasmante et fédératrice.